Préparation de la terre pour la culture de cannabis en extérieur

La préparation de la terre pour la culture de cannabis en extérieur à l’arrivée du printemps est une tâche primordiale à ne pas négliger, afin d’obtenir des récoltes vigoureuses, saines, productives, puissantes et aromatiques. C’est pourquoi nous allons vous exposer ci-dessous les étapes à suivre pour réaliser cette technique de culture séculaire dans le domaine de l’horticulture, ainsi que les bienfaits qu’elle génère.

preparation de la terre

Bienfaits de la préparation de la terre pour la culture de cannabis

  • Meilleure texture et meilleur rapport air/eau du sol.
  • Fournit une grande quantité de nutriments.
  • Augmente et optimise le développement racinaire.
  • Facilite la pénétration des racines.
  • Favorise la captation des nutriments.
  • Améliore la disposition des nutriments.
  • Stimule le développement de bactéries et microorganismes efficaces au niveau racinaire.
  • Évite l’apparition de champignons nuisibles.
  • Contribue à obtenir des plantes saines et plus vigoureuses.
  • Obtention de récoltes organiques et médicinales.
  • Potentiel psychoactif et aromatique majeur.
  • Augmentation de la production.
  • Réalisation d’économies significatives en engrais.
  • Réalisation d’économies en produits préventifs et curatifs.
  • Régulation de la valeur de pH du sol.
  • Amélioration de la qualité du sol d’année en année.

Préparation de la terre | Comment obtenir un sol de qualité

Le sol est un élément vivant ainsi que la base où se développe une des parties les plus importantes de la plante, la racine. C’est pourquoi il est important de s’assurer qu’il présente les caractéristiques physico-chimiques idéales. Cela contribuera à l’obtention d’un rendement optimal lors de toutes les étapes du développement de la plante : germination, croissance, préfloraison, engraissement et maturation.

preparation de la terre

Pour disposer d’un sol riche en nutriments, en microorganismes, spongieux et présentant un bon rapport air-eau, il convient de choisir un espace de culture adéquat. Dans ce but, nous effectuerons une étude préalable pour en déterminer les caractéristiques (valeur de pH et texture). En fonction des conclusions obtenues, nous procèderons adéquatement à l’ajout de différents types de composants d’origine organique, organo-minérale, et/ou végétale.

Ce type d’études s’avère très instructif car en général, les sols auxquels nous avons accès ne contiennent pas les caractéristiques idéales pour la culture, telles qu’un pH compris entre 6 et 7, une texture permettant la pénétration et l’absorption de l’eau, tout en maintenant des niveaux d’oxygène minimaux. Maintenant que nous avons mentionné ces précisions, nous allons détailler les étapes à suivre pour la préparation de la terre, favorisant une culture de cannabis optimale en extérieur.

Préparation de la terre | Choix de la zone de culture

La première étape à suivre est de choisir un endroit où nous allons cultiver afin de commencer la préparation de la terre. Dans cette optique, la zone choisie doit présenter certaines caractéristiques élémentaires que nous allons exposer ci-dessous :

  • Espace éclairé et jouissant d’au moins 4 à 6 heures d’ensoleillement direct.
  • Sol plat ou le plus plat possible.
  • Sol où poussent des plantes, qu’il s’agisse de mauvaises herbes ou de légumineuses (indicateur de la fertilité du sol).
  • Endroit discret ou camouflé à l’aide de filets, canisses, etc.
  • Accès facile à une sortie d’eau.
  • Sol présentant une profondeur au moins 30-50 cm (si le sol n’atteint pas cette profondeur, nous élaborerons un lit surélevé).
  • Végétation exempte d’infestations ou de champignons.

Préparation de la terre | Cultiver dans un lit ou individuellement ?

Une fois que nous aurons déterminé la zone de culture, il nous faudra choisir de cultiver sur une terrasse de culture, un lit en profondeur ou directement dans le sol en réalisant un trou individuel. Le processus diffère pour chacune des options et une fois notre choix effectué, nous connaîtrons exactement l’espace de culture que nous devons nettoyer.

Lit surélevé

Pour un cultiver sur une terrasse horticole (lit surelevé), il convient de réaliser le montage d’une structure rectangulaire de 1 à 1,50 m de large et de 30 à 50 cm de haut. Quant à la longueur, nous la déterminerons selon nos préférences, afin qu’elle supporte la terre ou le mode de culture. Par ailleurs, nous ajouterons une quantité importante de substrat ou de terreau de qualité, car une terrasse de culture peut être considérée comme une espèce pot de grande ampleur.

preparation de la terre

Lit profond

Pour élaborer un lit en profondeur et pouvoir y cultiver, nous délimiterons tout d’abord une zone rectangulaire, comme nous le ferions pour un lit surelevé. Toutefois, le trou ne nécessite pas de structure car c’est le sol situé aux alentours qui fera office de muret. C’est pourquoi le lit doit se situer à environ 30-50 cm de profondeur. Dans ce cas, l’ajout de substrat et/ou de terreau de qualité est superflu, pour autant que la terre soit de qualité.

preparation de la terre

Culture dans un trou individuel

Si nous décidons de cultiver les plantes de façon séparée en semis direct, il suffit d’aménager une petite zone de terre de 1 à 2 m2 et de réaliser un trou au milieu de celle-ci, selon la profondeur et la largeur désirées. Par la suite, nous introduirons à nouveau la terre que nous avons extraite, pour autant que celle-ci soit de qualité. Si tel n’est pas le cas, nous la remplacerons par un substrat ou terreau de qualité. Vous creuserez un trou rectangulaire ou carré en fonction de vos goûts.

trou pour une plante

N.B. : Avant de creuser un lit ou trou pour cultiver, nettoyez minutieusement l’espace sélectionné. Vous devrez respecter fidèlement les étapes que nous énumérons ci-dessous.

Préparation de la terre | Comment nettoyer le terrain

Le nettoyage du terrain est d’une simplicité enfantine. Il suffit de procéder à l’élimination de la totalité des mauvaises herbes y figurant. Pour que ce labeur soit le plus facile et le plus minutieux possible, suivez les recommandations suivantes :mauvaises herbes

  • Retirez les mauvaises herbes à la main suite à plusieurs jours de pluie en arrachant les racines, afin d’éviter qu’elles ne réapparaissent et que le substrat ne s’aère.
  • L’utilisation d’herbicides est déconseillée pour cette tâche. En effet, ces produits polluent le sol et en outre, la vie bactérienne du sol sera affectée.

Préparation de la terre | Aérer le sol

Cette dernière étape est la plus importante afin de terminer la préparation du sol pour la culture de cannabis. Plusieurs types d’outils peuvent faire l’affaire. Dans le cas qui nous occupe, nous utiliserons une pelle de jardinier. Par ailleurs, pour favoriser une aération optimale, il est primordial de réaliser cette tâche 3 ou 4 jours après une forte averse, ou, à défaut, après l’arrosage abondant de la zone concernée quelques jours auparavant. On dit alors que la terre est dans la période propice car elle offre la texture idéale pour pouvoir y semer et y travailler aisément, sans que des morceaux de terre trop compacts ne s’y forment.

N.B. : Pour savoir si la texture du sol est adéquate et pour effectuer l’aération, il suffit de prendre une petite portion de terre dans les mains et la décomposer sans qu’elle ne reste collée ou qu’elle ne soit trop poussiéreuse.  Si cela devait être le cas, il est alors préférable d’attendre un ou deux jours de plus.

1re étape :

Une fois que nous avons choisi et nettoyé la zone de culture, nous monterons la terrasse de culture ou creuserons un lit ou un trou plus petit. Nous appliquerons une couche d’un ou plusieurs de ces composants d’origine organique et/ou végétal, généreusement et proportionnellement :

comment preparer le sol

2e étape :

Une fois que nous avons dispersé le fumier sur la surface ou n’importe lequel des composants mentionnés dans la liste, nous pourrons commencer à procéder à l’aération du sol. Tout d’abord, nous remplirons une brouette d’une petite portion de terre pour disposer d’un trou au moment de travailler la terre.

3e étape :

Par la suite, nous plongerons la pelle à environ 30 ou 40 centimètres et nous déplacerons toute la terre du lit ou du trou individuel, vers le trou que nous avons dégagé, tout en décomposant les blocs de terre à l’aide de petits coups et en retirant les plus grosses pierres.

N.B.: Si nous creusons un trou, nous en déterminerons la profondeur que nous estimons adéquate. Plus il est profond et large, plus les racines disposeront d’espace pour pousser.

4e étape :

Une fois que nous avons déplacé toute la terre vers l’avant, nous ajouterons la portion de terre que nous avons retirée au début afin de mieux travailler l’espace.

5e étape :

Une fois que nous avons aéré la terre, le moment est venu d’aplatir la terre à l’aide d’un râteau et de broyer tous les petits morceaux de terre compactés. Si vous n’avez pas de râteau, vous pouvez le faire à l’aide d’une houe voire même avec les mains. Il faudra juste vous armer d’un peu de patience.

preparation de la terre

Préparation de la terre | Préparer le terrain d’une année à l’autre

Grâce à la préparation du terrain d’une année à l’autre, vous pourrez augmenter considérablement la disposition des nutriments afin qu’ils puissent être captés par les racines, tout comme les bactéries et microorganismes efficaces. D’autre part, le pH du sol est mieux régulé et ses caractéristiques physiques et chimiques sont améliorées, offrant un environnement pour le système racinaire des plantes de cannabis bien meilleur que le terrain préparé au printemps.

Ceux qui ne disposent pas d’un lit ou d’un espace pour la culture en semis direct devront mettre la main à la pâte et réaliser les tâches que nous avons mentionnées précédemment au milieu de l’hiver. Ceux qui disposent déjà d’une zone de culture, ou d’un lit suivront les étapes détaillées ci-dessous pour les mêmes dates.

1re étape :

Attendez qu’il ne pleuve ou arrosez abondamment la terre et laissez-la sécher durant trois à quatre jours. De la sorte, elle pourra acquérir une texture propice, qui ne peut être ni trop compacte, ni trop sèche.

2e étape :

Retirez les mauvaises herbes à l’aide des mains ou d’une petite houe.

3e étape :

Dispersez une couche recouvrant toute la surface du lit profond ou surélevé à l’aide de fumier mûr de cheval et/ou d’ovins, conjointement à de l’humus de lombric bien dosé et a du guano. Il s’agit que d’un exemple, mais vous pouvez également ajouter des algues, du compost bien travaillé et un large éventail de produits d’origine végétale. Comme vous le voyez, vous disposez d’une certaine liberté pour réaliser différentes combinaisons selon vos préférences.

4e étape :

Mélangez la couche de fumier et les autres engrais. Pour cela, vous devrez tout d’abord retirer une partie de la terre et du lit ou du trou, dans le but de pouvoir déplacer la terre vers l’avant sans trop la mélanger. En dernier lieu, ajoutez la première partie de la terre que vous avez retirée.

5e étape :

Aplatissez soigneusement la surface et effritez les morceaux compactés. Votre terrain est désormais fin prêt, n’y touchez plus avant le début de la culture au printemps.

¡Haz clic para puntuar esta entrada!
(Votos: 0 Promedio: 0)