Types de champignons qui touchent le cannabis

Les champignons sont des micro-organismes vivant sur notre planète, s’unissant généralement à d’autres organismes. Ils touchent certains animaux, aliments ou dans la plupart des cas, des plantes. Il existe de nombreux types de champignons, chacun d’entre eux présentant des caractéristiques spécifiques. Certains exercent une action bénéfique pour la terre en décomposant la matière et d’autres apportent protection aux plantes. En revanche, il existe des espèces de champignons capables de détruire l’entièreté des cultures.

Selon les types de champignons que nous trouverons dans nos cultures, nous pourrons donc dormir tranquille ou, au contraire, commencer à réfléchir aux méthodes pour les éradiquer. D’ailleurs, certains types de champignons permettent de protéger les plantes, plus précisément les racines, contre d’autres champignons plus agressifs. Dans cet article, nous évoquerons les types de champignons susceptibles d’apparaître dans les plantations de cannabis. Nous expliquerons pourquoi ils surgissent et comment les combattre. Ces connaissances nous permettront de conserver des souches saines et de ne pas subir de pertes.

Types de champignons néfastes pour nos plantes de cannabis

Oïdium

types de champignonL’oïdium est un champignon bien connu parmi les cultivateurs de cannabis. Un léger excès d’humidité dans l’espace de culture peut s’avérer suffisant pour provoquer son apparition. Il consiste en une espèce de poudre blanche envahissant les feuilles. En général, il apparaît sur la face visible de feuilles, quoique certains cultivateurs aient relevé des cas sur le revers des feuilles. Ces dernières années, il se fait plus fréquent sur les plantes d’extérieur. C’est plus particulièrement le cas dans les régions humides où l’application de fongicides s’avère quasiment inévitable.

La seule façon d’éliminer cette poudre est de gratter la zone touchée. Néanmoins, après quelques jours, il refera son apparition exactement au même endroit. Une fois qu’il aura atteint les souches, il s’installera sur la paroi cellulaire et son éradication totale deviendra mission impossible. Nous devrons alors traiter nos souches à l’aide de fongicides pour éviter sa propagation et tenter de sauver la majeure partie de la récolte. Toutefois, nous n’aurons guère d’autre choix que de jeter la partie touchée.

Mildiou

types de champignonsLe Mildiou n’a aucun secret pour les cultivateurs du monde entier qui le craignent particulièrement. Cet organisme extrêmement agressif prolifère lorsque la température est inférieure à 26ºC et que le taux d’humidité dépasse 50%. Il peut apparaître tant en croissance qu’en floraison malgré sa prédilection pour les jeunes feuilles. Il se manifeste sous la forme de petites taches circulaires jaunes ou brunes qui ternissent la couleur de la plantation. Dans certains cas, il se peut qu’il adopte une couleur blanchâtre comme l’oïdium.

Il se propage à un rythme vertigineux, provoquant d’abord la perte de feuilles, avant d’entraîner la mort de la plante. Il se développe à partir de la matière végétale de la plantation elle-même, la prévention étant la meilleure manière d’éviter son apparition. Lorsqu’il est déjà présent, nous devrons isoler la partie affectée et nettoyer soigneusement le reste des plantes. Nous prêterons également attention aux conditions environnementales, afin que le milieu ne soit pas viable pour son développement. L’usage de déshumidificateurs ou de contrôleurs de température nous épargnera bien des soucis. En outre, comme soin préventif, il est possible d’appliquer des insecticides de contact ou systémiques. De la sorte, nous éviterons l’apparition de ce champignon aux conséquences fatales.

Botrytis

types de champignonsLe botrytis est un type de champignon qui apparaît en général sur les plantes ayant subi des attaques de chenilles. Ces insectes creusent des trous dans les bourgeons, ce qui facilite la prolifération de la pourriture grise (autre nom donné au botrytis). Une fois que le trou est apparu, plusieurs facteurs peuvent entraîner l’apparition du champignon. Il peut trouver son origine dans excréments du ver lui-même, dans l’eau de pluie ou dans l’humidité ambiante. Les bourgeons pourrissent de l’intérieur et adoptent une apparence brune très disgracieuse. Il est habituel que ce champignon colonise les variétés récoltées à partir du mois d’octobre, dû aux pluies et à l’humidité.

Si ce champignon a atteint vos plantations, vous pourrez dire adieu à la majeure partie de la récolte. En effet, bien que vous éliminiez les parties touchées visibles à l’œil nu, il est probable que ses spores aient contaminé la totalité des plantes. Il se propage avec grande facilité même sur les fleurs sèches. C’est pourquoi, lorsque vous le détectez sur un bourgeon, il convient d’éliminer la branche complète pour éviter son expansion. Sa consommation est extrêmement dangereuse pour la santé, car les spores se dirigeront directement vers les poumons, pouvant causer de graves problèmes respiratoires.

Rouille

types de champignonLa rouille figure parmi les types de champignons se propageant le plus facilement sur les plantes saines. Elle atteint celles-ci en transperçant l’épiderme et la cuticule, de sorte qu’un simple contact suffira pour que le mal soit fait. Elle se présente sous forme de taches jaunâtres sur la face supérieure des feuilles, allant de la pointe vers la branche. C’est pourquoi on l’interprète parfois erronément comme le signe d’une carence. Des points rougeâtres et marron apparaîtront sur le revers des feuilles quand le champignon aura totalement colonisé la plante. Au fil du temps, nous verrons même surgir des malformations sur les feuilles.

Malgré son potentiel de destruction, si vous le traitez à temps, vous éviterez sa propagation. Il apparaît quand la plantation se situe dans une région ou zone humide et qu’elle manque d’aération. Il est conseillé de se défaire des plantes ou feuilles concernées mais aussi d’appliquer des fongicides pour éviter sa propagation. Comme traitement, nous opterons pour les mêmes produits que ceux servant lutter contre le mildiou ou l’oïdium. Par ailleurs, le soufre constitue aussi un remède efficace.

Pythium

pythiumLe Pythium est un champignon qui s’installe dans le système racinaire, entravant presque totalement l’alimentation de la plante. Il va progressivement les affaiblir jusqu’à ce qu’il ne les tue. Il affecte les plantes de toutes tailles et de tout âge, même si les plus jeunes sont celles qui en pâtiront le plus. Ses spores se déplacent par contact avec le substrat infecté voire même par le mycélium que traînent nos chaussures. Elle se développe dans des milieux où la température est comprise entre 20 y 30ºC et où le taux d’humidité est élevé.

Pour détecter ce type de champignon, il convient de veiller au bon développement de la plante et d’être attentif à toute anomalie. En effet, la plante s’affaiblira et présentera des carences dues à la détérioration de son système racinaire. Dans les systèmes où les racines restent à l’air libre comme en hydroponie ou en aéroponie, nous apprécierons distinctement le changement de couleur, celle-ci passant du blanc classique au brun foncé voire au rougeâtre. Une façon efficace de combattre ce champignon est de renforcer la vie bactérienne du substrat en introduisant des trichoderma ou des mycorhizes. Ceux-ci génèrent une relation symbiotique avec les racines. Cela contribuera à éviter la propagation du champignon surtout si nous stimulons cette vie microbienne avant que le champignon apparaisse.

Fusarium

fusariumCe champignon touche des plantes n’ayant pas réussi à combattre le Pythium et sa présence marquera le début de la fin pour vos souches. Le Fusarium met à profit la faiblesse des racines pour les coloniser complètement. Il agit en formant une espèce de liquide visqueux couvrant l’entièreté de la racine et empêchant l’absorption de l’eau et des aliments. Les symptômes sont très comparables à ceux du Pythium, si l’on excepte que la plante se trouve déjà dans un état déplorable. Le tronc n’a plus la robustesse suffisante pour supporter le poids de la plante, les feuilles sont sèches et tombantes, lui conférant l’apparence d’une plante morte.

Une fois qu’il aura atteint toutes vos plantes, il sera presque impossible de le combattre. C’est pourquoi la prévention durant tout le cycle de vie est le seul moyen réellement efficace. La meilleure façon de le faire est d’effectuer un nettoyage régulier de la zone de culture et du matériel utilisé. Ne négligez aucun instrument, les accessoires pour manipuler les plantes, les produits utilisés, les systèmes d’éclairage, l’air, les mains et les chaussures. Il s’agit du meilleur moyen de protéger efficacement vos plantations.

Comment prévenir l’apparition de champignons

Un des facteurs les plus importants est de veiller à l’état de santé des plantes. Les plantes les plus affaiblies ou négligées seront confrontées aux problèmes lorsqu’elles subiront les attaques de champignons. En revanche, les plantes les plus saines feront montre de davantage de résistance. Les engrais riches en silicium renforcent la structure et la paroi cellulaire de l’entièreté de la plante. C’est spécialement le cas pour les feuilles, ce qui rendra les attaques de champignons bien plus difficiles.

Arroser abondamment à l’eau pourrait aussi être une cause de l’apparition de champignons. Ce sera encore davantage le cas si vous n’avez pas déposé de base d’argile dans le pot pour faciliter la filtration de l’eau excédentaire. Cet excès d’eau trouve souvent son origine dans le lavage des racines. Pour effectuer celui-ci, le cultivateur arrose souvent jusqu’à ce que l’eau ne s’échappe par le dessous du pot, inondant le substrat. Si l’on y ajoute la faiblesse de la plante qui se trouve dans les dernières semaines du cycle de vie, le champignon s’en donnera à cœur joie, particulièrement sur les bourgeons les plus denses.

En culture intérieure

Chez Growbarato.net, nous conseillons l’utilisation de ventilateurs oscillants afin d’éviter la formation de poches d’air chaud. Celles-ci pourraient rester coincées dans nos souches, causant l’apparition de champignons sur les bourgeons. En floraison, on évitera que l’humidité ne dépasse 40% dans la salle de culture, notamment durant les semaines précédant la récolte. Dans le cas contraire, la plante sera trop sensible.

Pour une mesure exacte de l’humidité et de la température, nous conseillons d’utiliser un thermo-hygromètre, surtout dans les armoires de culture. Si vous désirez baisser l’humidité de votre espace de culture, introduisez un gel de silice ou un déshumidificateur.

Quand un champignon établit ses quartiers dans vos plantations, il libèrera ses spores pour se reproduire. Lors de vos prochaines plantations, protégez vos souches à l’aide de fongicides comme la propolis, le purin d’ortie ou la queue de cheval. En effet, certaines spores telles que celles du Mildiou peuvent survivre jusqu’à deux ans. C’est pourquoi vous devrez continuer à protéger vos cultures durant un certain laps de temps.

En cultures d’extérieur

Certaines génétiques se montrent plus démunies que d’autres face aux attaques de champignons. Il est primordial de tenir compte des paramètres déterminant la viabilité de certaines plantes dans certains milieux.

  • La résistance de la génétique.
  • La densité des bourgeons.
  • La distance internodale.

Opter pour la variété la plus adéquate pour votre région vous évitera de sérieux problèmes dans vos cultures. De la sorte, un arrosage responsable associé à une bonne fertilisation et à des techniques de culture appropriées contribueront également à préserver la bonne santé de vos plantes.

L’utilisation de fongicides dans certains milieu est pratiquement obligatoire, car lors des dernières semaines de floraison, les plantes sont exposées à la baisse des températures et au début des pluies. De nombreux cultivateurs n’ont parfois pas d’autre choix que de couper une partie de leurs plantes, annihilant tout le travail effectué.

¡Haz clic para puntuar esta entrada!
(Votos: 0 Promedio: 0)