L’eau d’arrosage, facteur clé pour la culture de cannabis

L’eau est un élément capital pour que la vie telle que nous la connaissons aujourd’hui puisse exister sur la planète. C’est pourquoi le choix d’une eau de qualité pour l’eau d’arrosage des plantes de cannabis exerce  une influence directe sur la qualité du produit final. Or nous avons trop souvent tendance à utiliser la première source d’eau que nous avons sous la main. Bien souvent, il s’agit de l’eau du robinet. Nous pensons à tort que l’ajout d’engrais de qualité suffira pour obtenir des plantes plus grandes, vigoureuses et productives. Nous ne nous donnons parfois même pas la peine de tester le niveau d’EC et de pH de l’eau. Ces oublis génèrent chez les plantes une certaine propension à souffrir de maladies et à subir les attaques de parasites. Cela a des répercussions négatives sur la production, donnant lieu à des récoltes insuffisantes au regard de l’investissement réalisé.

Pour obtenir des récoltes de qualité et rentabiliser l’argent investi, il est primordial de connaître le type d’eau que nous utilisons et ses caractéristiques. En second lieu, il convient d’ajuster la valeur d’EC et de pH à un niveau spécifique. Celui-ci varie selon le stade de développement des plantes, le milieu dans lequel nous cultivons et la génétique. Pour cette raison, l’usage de testeurs de pH et d’EC s’avère indispensable. Dans cet article, nous aborderons toutefois davantage les propriétés des différents types d’eau et les possibilités qu’ils offrent.

Quel type d’eau choisir pour l’eau d’arrosage ?

Ci-dessous, nous allons effectuer un bref récapitulatif des options existantes pour l’eau d’arrosage de nos cultures, que ce soit de cannabis, de légumes ou de plantes aromatiques et décoratives. En effet, de nombreuses idées reçues erronées circulent à ce sujet.

Eau du robinet

l eau d arrosage

L’eau du robinet est sans aucun doute l’eau d’arrosage la plus souvent fréquente pour nos plantes de cannabis, car il s’agit de l’eau la plus facilement accessible à tous. Néanmoins, toutes les régions ne sont pas sur un même pied d’égalité à ce niveau. En effet, les caractéristiques que l’eau possèdent peuvent varier selon la zone géographique. Il existe trois catégories : eau dure (EC + 0.8), eau intermédiaire (EC + 0.4) ou eau douce (EC – 0.4). Par ailleurs, elle présente en général un pH supérieur à 7.0 et contient des produits lui conférant son apparence translucide. En outre, elle comprend des doses importante de chlore, de calcaire voire de fluor. Ceux-ci altèrent la qualité de l’eau et sont nocifs pour la vie bactérienne du sol.

Pour pouvoir arroser à l’aide de l’eau du robinet, il y plusieurs étapes à suivre. Tout d’abord, laissez reposer l’eau durant 24 heures pour que les composants nocifs qu’elle contient puissent s’évaporer. Les minéraux préjudiciables se dirigeront naturellement vers le fond du réservoir. Ensuite, utilisez des filtres à osmose inverse afin rendre l’eau apte à la consommation et à la fertilisation des plantes.

Eau distillée

l eau d arrosage

L’eau distillée en vente dans les supermarchés et les drogueries se caractérise par l’absence de sels minéraux et de microorganismes, qu’ils soient efficaces ou nuisibles. Il s’agit donc une eau apte pour les plantes de cannabis voire pour la consommation. Toutefois, comme elle ne contient pas de sels, son usage régulier pour la consommation n’est pas conseillé. Pour l’eau d’arrosage, tenez compte du fait qu’en général, elle a un niveau de pH supérieur à 7.0 et une valeur d’EC de 0.0. Par conséquent, il est nécessaire d’ajuster la valeur de pH et d’ajouter du calcium et du magnésium jusqu’à ce que le niveau d’EC se stabilise à 0.4.

L’eau distillée est le fruit du processus de distillation qui consiste à chauffer un liquide (de l’eau, dans le cas qui nous occupe) pour que ses composants principaux atteignent l’état de vapeur. Par la suite, la vapeur obtenue est refroidie afin d’obtenir à nouveau les composants évaporés sous forme liquide. À la fin du processus, elle ne contient plus de composants nocifs.

Eau des climatiseurs

L’eau de l’air conditionné provient de l’écoulement des climatiseurs. On peut l’utiliser pour l’eau d’arrosage de nos plantes, car il s’agit pratiquement d’eau distillée. Cela ne nous exempt toutefois pas d’utiliser un testeur d’EC. En effet, en fonction de l’ancienneté du climatiseur ou du modèle, il est possible que l’EC ne soit pas de 0.0, pouvant atteindre jusqu’à 0.4. Quant au niveau de pH, il est probable qu’il dépassera 7,0.

Eau osmosée

osmose inverse

L’eau osmosée n’est pas exactement la même chose que l’eau distillée car elle ne garantit pas l’élimination intégrale des particules minérales (calcaire, chlore, etc.), ni des impuretés ou microorganismes qu’elle est susceptible de contenir. Néanmoins, c’est le type d’eau qui s’apparente le plus à l’eau distillée. De plus, un bon filtre à osmose inverse fera l’affaire pour pouvoir en disposer facilement chez soi. Le type de filtre et sa vie utile ont une certaine importance, mais un filtre à osmose génère d’habitude des valeurs d’EC inférieures à 0,4 et de pH d’environ 7,0. Par conséquent, elle peut être utilisée telle quelle pour la consommation et pour l’eau d’arrosage, sans devoir en modifier les caractéristiques.

L’eau osmosée s’obtient à partir de filtres captant les minéraux et les composants indésirables et nocifs pour notre santé. En fonction du modèle et de la qualité du filtre à osmose dont nous disposons, l’eau sera plus ou moins purifiée, ou, en d’autres termes, offrira une qualité plus ou moins importante. Quoi qu’il en soit, il est indiscutable, qu’une eau osmosée est toujours meilleure que celle que nous puisons directement du robinet ou que celle que nous trouvons dans les rivières, puits, lacs, marais, étangs et autres.

Eau de pluie

l eau d arrosage

L’eau de pluie, comme son nom l’indique, est l’eau que l’on récupère lors des périodes de précipitations. Ce stockage s’effectue dans des réservoirs, puits, citernes ou dans les fameux bassins d’orage. On tend à considérer que ce type d’eau n’est pas potable, quoique plusieurs études le démentent. En revanche, elle est parfaitement utilisable pour arroser n’importe quel type de plante. Le processus durant lequel les eaux de pluie se chargent pour ensuite rejeter toute l’eau stockée sous forme de pluie ou de neige contribue à l’élimination d’une grande partie des composants potentiellement nocifs qu’elle contient. Ce mécanisme fait d’elle l’eau douce la plus propre de la planète. Elle présente en général un taux de pH proche de 0,7 alors que l’EC ne dépasse pas 0,4.

Pour obtenir de l’eau de pluie de qualité, il convient d’installer un système de récupération de l’eau. La propreté de celui-ci doit rester irréprochable afin d’éviter d’entraîner des composants empirant la qualité de l’eau. Il est également possible de le doter d’un système de filtrage des impuretés. En outre, il est préférable de récupérer l’eau de pluie hors des grandes villes, car l’eau qui tombe dans les grandes agglomérations n’échappe pas à la pollution, dû au mélange avec les composants nocifs présents dans l’environnement urbain.

Eau de puits, marais, lac artificiel, fontaines, etc.

l eau d arrosage

Utiliser de l’eau à partir de puits, marais, lacs artificiels, fontaines et autres pour l’eau d’arrosage est fortement déconseillé sauf si une étude préalable a été réalisée. Celle-ci en déterminera la composition détaillée, plus précisément le contenu en minéraux et en substances chimiques. Cela est indispensable car il est possible que l’application d’insecticides chimiques et/ou d’engrais minéraux polluent ces eaux. Si tel est le cas, nous ne pourrons plus les utiliser pour l’eau d’arrosage. En outre, il est très probable que ce type d’eau contienne une grande quantité de bactéries, champignons, virus et parasites, à causes des excréments d’animaux voire de personnes.

Pour pouvoir profiter de ce type d’eau, il est nécessaire de réaliser une étude préalable. Au cas où cela serait nécessaire, nous procèderons au traitement de l’eau ou nous préparerons la zone de stockage afin d’éviter la prolifération de microorganismes préjudiciables. Si nous disposons d’un puits personnel, nous le viderons et nous traiterons la surface à l’aide de rayons ultraviolets. Si vous ne souhaitez pas le vider, désinfectez-le avec du chlore. Dans le cas d’un marais, d’une fontaine ou un lac artificiel, contactez les autorités locales afin de connaître la composition de l’eau. Si celles-ci ne sont pas adéquates pour l’eau d’arrosage et pour le milieu de culture, vous tirerez les conclusions appropriées.

Eau de fleuve ou de rivière

eau de riviere

A première vue, l’eau des rivières pourrait sembler une option de choix pour l’eau d’arrosage voire pour la consommation. Ce n’est malheureusement pas le cas pour plusieurs raisons. En effet, les rivières parcourent généralement un tracé de plusieurs dizaines de kilomètres. Au cours de celui-ci, elles sont susceptibles de traverser des zones de culture où s’utilisent des pesticides. Il est aussi fréquent qu’elles passent par des zones industrielles dont la position stratégique permet aux entreprises de se fournir en eau et d’y déverser leurs déchets. Il est également envisageable que la présence d’animaux morts pollue l’eau lors du processus de décomposition.

D’autre part, la localisation du fleuve dote l’eau d’un certain nombre de caractéristiques pratiquement uniques. Il est presque impossible de trouver ailleurs une eau présentant exactement la même composition. Son usage peut s’avérer inadéquat pour les plantations de cannabis si elle contient un minéral déterminé. C’est pourquoi là aussi, une étude préalable est nécessaire afin d’en connaître tous les composants, et pas seulement les niveaux de pH et d’EC.

Pour pouvoir utiliser de l’eau de rivière, il est intéressant de résider ou de se situer près d’une région montagneuse au sujet de laquelle les autorités locales sont à même d’assurer que l’eau ne contient aucun type de polluant déversé par l’intervention humaine. Il vaux mieux éviter d’utiliser l’eau des fleuves passant par les villes ou à proximité de celles-ci, pour les raisons précédemment mentionnées.

Eau minérale en bouteille

eau de qualite

L’eau minérale en bouteille est idéale pour la consommation mais n’est pas la panacée pour l’eau d’arrosage des plantes de cannabis. Toutefois, elle reste meilleure que l’eau du robinet, de marais, lacs artificiels ou puits, pour autant qu’on en connaisse les caractéristiques. L’eau minérale garantit l’absence de microorganismes nocifs. Elle présente normalement un niveau d’EC inférieur à 0,5 et un niveau de pH d’environ 7,0. Toutefois, il est possible qu’elle contienne des proportions excessives des différents minéraux. Cela pourrait affecter le développement normal des plantes ainsi que les caractéristiques du sol. C’est notamment le cas avec le calcium.

Pour arroser à l’aide d’une eau minérale en bouteille, optez pour la marque dont la minéralisation est la plus faible. Ensuite, il suffira de réguler les valeurs de pH et d’EC comme ce serait le cas avec n’importe quel type d’eau.

Quelle est la meilleure option pour l’eau d’arrosage ?

En conclusion, comme résultat de cette analyse des différents types d’eau d’arrosage auxquels nous avons accès pour l’eau d’arrosage de nos plantations de cannabis, il ne fait aucun doute que la meilleure option est l’eau distillée ou l’eau osmosée. Ces deux types d’eau ne contiennent quasiment aucun type de minéral. De la sorte, le contrôle sur l’alimentation de nos plantes est absolu. En outre, nous avons également l’assurance qu’elles ne contiennent pas de microorganismes nocifs pour nos plantes. Pour y voir plus clair, élaborons un petit ranking :

  1. Eau distillée
  2. Eau osmosée
  3. Eau des climatiseurs
  4. Eau minérale en bouteille
  5. Eau de pluie
  6. Eau de rivière
  7. Eau de puits, marais, lac artificiel, fontaine, etc.
  8. Eau du robinet

Ce type de ranking est évidemment subjectif et les positions peuvent varier en fonction des caractéristiques de chacune d’entre elles.

¡Haz clic para puntuar esta entrada!
(Votos: 2 Promedio: 3)