Faire pousser du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse

Avec l’arrivée du printemps et du beau temps, faire pousser du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse constitue une option très intéressante les personnes qui consomment à des fins récréatives et/ou thérapeutiques. Elles pourront obtenir leur propre récolte vite fait bien fait, sans devoir réaliser de grosses dépenses. C’est pourquoi nous avons rédigé cet article dans lequel nous allons vous exposer les pas à suivre pour cultiver du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse, en fonction du climat et des attentes du cultivateur lui-même.

Premiers pas | Faire pousser du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse

1- La lumière et l’obscurité

Pour qu’une plante de cannabis puisse pousser et générer une récolte décente, il est primordial qu’elle bénéficie d’au moins quatre heures d’ensoleillement direct et que durant la période nocturne, aucun éclairage artificiel, qu’il provienne de la terrasse, d’un réverbère ou de l’intérieur de votre maison, n’interfère dans la photopériode naturelle.

cultiver du cannabis sur son balcon

Si vous êtes en mesure de leur fournir au moins quatre heures d’ensoleillement direct et qu’elle ne subissent aucune pollution lumineuse nocturne, vous pourrez cultiver non seulement des variétés féminisées ou régulières photodépendantes (en d’autres termes, les plantes classiques), mais aussi des génétiques féminisées ou régulières non photodépendantes (automatiques).

Au cas où la pollution lumineuse serait inévitable durant la nuit, optez uniquement pour des variétés féminisées ou régulières non photodépendantes (à autofloraison). Si tel n’est pas le cas, il est plus que probable que les plantes ne fleuriront pas suffisamment, voire pas du tout.

2- Culture discrète et sûrecultiver du cannabis sur son balcon

Lorsque l’on souhaite faire pousser du cannabis sur son balcon, il est fondamental de le faire en toute sécurité et à en toute discrétion. En effet, nous courons le risque d’être dénoncé par un voisin où d’être victime de vols. Par ailleurs, si nous sommes trahis par l’odeur, les autorités pourront nous localiser. Pour se mettre à l’abri de ces mauvaises surprises, nous allons vous fournir une série de conseils :

  • Cachez les côtés de votre espace de culture, la partie frontale et même le plafond dans le cas d’une terrasse, en utilisant une voile d’ombrage et/ou une canisse. Vous pouvez également disposer des plantes et fleurs décoratives ou artificielles.
  • Optez pour des variétés poussant modérément et de floraison précoce, générant des arômes floraux, terreux, d’encens ou épicés. Évitez les génétiques de floraison tardive produisant des arômes sucrés et fruités, car elles passeront difficilement inaperçues.
  • Cultivez plusieurs types de plantes aromatiques afin de camoufler l’odeur de cannabis, telles que par exemple la menthe, le romarin, le thym, l’origan et bien d’autres. En outre, certaines de ces plantes agissent comme répulsif contre les insectes et apportent également de nombreux bienfaits aux êtres humains.
  • Appliquez des techniques de taille et de tuteurage pour optimiser la taille des plantes en fonction de vos besoins, surtout lorsqu’il s’agit de plantes de saison. Pour ce faire, consultez cet article dans lequel nous détaillons une par une les différentes techniques d’élagage existant dans la culture de cannabis.

3- Optez pour le pot de fleurs adéquat

Le choix de votre pot est une étape capitale. À ce sujet, on peut regrouper ceux-ci en deux grandes catégories : les pots destinés aux plantes automatiques et les pots pensés pour plantes de saison.

cultiver du cannabis sur son balcon

Pots pour autofloraison

Pour les variétés auto-florissantes, nous choisirons des pots de 18 à 20 L tout au plus. Toutefois, le choix de la taille définitive dépendra également des caractéristiques de notre espace de culture. En effet, si vous ne disposez pas d’une surface ample et discret, des pots de 7 ou 11 L feront parfaitement l’affaire.

Pots pour plantes de saison

La taille des pots pour plantes de saison dépendra des caractéristiques de l’espace de culture et de la date de début de la culture. Si vous jouissez d’un espace important pour cultiver des plantes volumineuses dès le début de la saison, l’idéal est de procéder à plusieurs transplantations. La dernière d’entre elles aura lieu à la fin du mois de juin. Si vous ne disposez que de peu d’espace, il est préférable de commencer la culture à partir du mois de juin et d’effectuer la transplantation dans un pot de maximum 18 L début juillet.

N.B. :

Si vous possédez certaines connaissances en terme de taille et de tuteurage, le format du pot peut être plus grand, surtout pour les plantes de saison.

4- Type de pot

Le choix du type de pot a également son importance. À ce niveau, nous pouvons différencier les pots en plastique blancs et noirs, les pots en tissu et les pots élagueurs de racines. faire pousser du cannabis sur son balcon

Pots en plastique

Les pots en plastique de couleur blanche contribuent à maintenir le substrat plus frais, c’est pourquoi ils sont préférables aux pots noirs. Il figurent parmi les pots les plus utilisés pour faire pousser du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse.

Pots en tissu

Les pots en tissu constituent également une option de choix car, outre le fait qu’ils ne se réchauffent pas exagérément, ils permettent une excellente aération et un développement important du système racinaire, ce qui aura des répercussions très positives sur la production finale. Toutefois, il conviendra d’augmenter la fréquence d’arrosage, tout comme l’alimentation. En outre, ces pots permettent d’effectuer les transplantations directement en terre nourricière ou dans des pots de plus grande capacité, sans devoir retirer le pot en tissu.

Pots élagueurs de racines

Les pots élagueurs de racines sont disponibles en plusieurs couleurs, bien que le blanc convienne davantage ce type de culture. Ils favorisent également une bonne aération et un développement important du système racinaire, à un degré toutefois inférieur que dans le cas des pots en tissu.

5- La chaleur du système racinaire

Comme nous venons de le préciser, le choix du pot est capital, si nous souhaitons éviter que le système racinaire de nos plantes subisse des dégâts préjudiciables causés par la chaleur.  C’est pourquoi il est intéressant d’éviter que la base des pots soit en contact direct avec le sol, en utilisant des briques, du bois, ou tout autre matériel ne se réchauffant pas davantage que le sol lui-même, comme c’est le cas du fer.

faire pousser du cannabis sur son balcon

Il est également recommandé d’utiliser des écrans afin que le soleil ne donne pas directement sur le corps du pot. Une dalle peut faire l’affaire, mais aussi du carton, d’autres pots plus grands ou n’importe quel objet créant de l’ombre. 

Quand peut-on commencer à faire pousser du cannabis sur son balcon ? 

On peut considérer que le lancement de la saison de culture extérieure correspond à l’arrivée du printemps, bien que, en fonction de la région dans laquelle on se trouve, le calendrier peut varier légèrement. Indépendamment de ces critères, pour obtenir la plus grosse récolte possible, l’idéal est de réaliser une culture échelonnée dans le temps de variétés automatiques combinées à des génétiques de saison (photodépendantes), qu’elles soient de floraison rapide (fast ou early version) ou de floraison normale. 

De manière générale, ils est possible de commencer à faire pousser du cannabis sur son balcon vers la fin du mois de mars. Ci-dessous, nous allons tenter d’être un peu plus explicites en détaillant chacune des étapes.

Première étape :

Si le beau temps nous accompagne, il est possible de réaliser la première plantation à l’arrivée du printemps (fin mars), en respectant scrupuleusement les précautions à prendre contre le froid, la pluie et le vent. Il est conseillé de commencer par la culture des variétés à autofloraison, car actuellement, il existe une gamme étendue de génétiques automatiques très variées, susceptibles d’offrir une production de plus de 200 g par plante, voire de 300 g. C’est pourquoi il est nécessaire de leur offrir de nombreuses heures d’ensoleillement direct ainsi qu’une alimentation intense, et de disposer d’un espace de culture étendu. Vous pourrez récolter ces plantes après 70-90 jours de cycle de vie.

Deuxième étape :faire pousser du cannabis sur son balcon

Il est conseillé d’initier la culture de la seconde fournée de plantes automatiques lors de la première quinzaine du mois de mai environ, conjointement aux génétiques de saison, pour les cultivateurs jouissant d’un certain espace sur leur terrasse, à l’abri des regards indiscrets. En revanche, ceux qui ont un espace restreint devront poursuivre la culture des variétés auto-florissantes. Quant à ceux qui n’ont pas encore pu débuter la culture à cause du mauvais temps, il feront germer la première série de graines auto-florissantes. À ces dates, il ne restera plus que 3 ou 4 semaines pour la récolte de la première série, ce qui libèrera de l’espace pour la nouvelle plantation après environ un mois de cycle de vie.

Troisième étape :

Celle-ci a lieu lors de la première quinzaine de juin et est spécialement indiquée pour les cultivateurs qui souhaitent débuter la culture de variétés de saison (photodépendantes) discrètement, et disposent d’un balcon de petite étendue, ensoleillé et épargné par la pollution lumineuse.

Quatrième étape :cannabis cultivé sur un balcon

Elle se situe lors de la première quinzaine du mois de juillet, durant laquelle on procèdera à la germination de la troisième et dernière série de plantes automatiques de la saison, à peine 3 ou 4 semaines avant de réaliser la récolte de la deuxième série de plantes automatiques, plantées début mai. Pour ceux qui ont débuté la culture de la première série en mai à cause du mauvais temps, cette étape correspond à la seconde séries de graines à autofloraison.

Cinquième étape :

Elle commence début septembre et est réservée aux cultivateurs résidant dans des régions où le climat est agréable car à ces dates, nous serons déjà en automne et la récolte de ces plantes sera effectuée vers la fin novembre.

Alimentation et prévention | Faire pousser du cannabis sur son balcon ou sur sa terrasse

L’alimentation

Lorsque l’on a décidé de faire pousser du cannabis sur son balcon ou sa terrasse, l’alimentation ne sera guère différente de celle qui appliquée pour la culture indoor ou pour la culture extérieure en semis direct. Toutefois, il faudra tenir compte du fait que le système racinaire souffre davantage s’il est confiné dans un pot ou exposé à des températures de plus de 40ºC. En effet, à l’intérieur du pot, les températures sont susceptibles de doubler. Par conséquent, l’application d’enzymes s’avère nécessaire, tout comme celle de stimulateurs racinaires et de plusieurs types de champignons et micro-organismes efficaces.

La prévention

Quant aux infestations et aux champignons, il existe la même probabilité de les voir apparaître que lors de la culture intérieure ou extérieure en semis direct, si les conditions de culture ne sont pas idéales. Les cause sont souvent une fertilisation inadéquate, l’absence d’application de produits préventifs augmentant les défenses naturelles des plantes, et une protection insuffisante des plantes face à l’arrivée du mauvais temps.

¡Haz clic para puntuar esta entrada!
(Votos: 0 Promedio: 0)