L’emploi d’insecticides et fongicides est une pratique fréquente dans la culture du cannabis afin de prévenir et d’éliminer des infestations, évitant ainsi les maladies des plantes de cannabis. Cependant, il faut faire attention aux produits utilisés car beaucoup d’entre eux ne sont pas bien éliminés par la plante, et le consommateur finit par l’ingérer. Ces substances peuvent être considérablement toxiques pour les personnes. En effet, il est conseillé d’utiliser des produits biologiques pour des plantes de cannabis libres d’éléments chimiques.

Comment prévenir l’apparition de maladies ?

L’apparition de maladies dans une plante de marijuana est assez commune si on ne les prévient pas correctement. Les infestations qui apparaissent le plus souvent sont l’araignée rouge, la mouche blanche et les thrips ; c’est pourquoi des traitements préventifs, si possible, 100 % biologiques, sont recommandés dès le début de la floraison. Si les produits contiennent des composants chimiques, il vaut mieux les utiliser lors de la phase de croissance.

Au-delà des insecticides, il existe d’autres actions qu’il faut tenir en compte pour éviter que les infestations apparaissent :

  • Utiliser de la terre nouvelle (non-recyclée) pour chaque plante.
  • Désinfecter les outils avant leur utilisation.
  • Maintenir l’espace propre et désinfecté.
  • Ne pas laisser les animaux de compagnie s’approcher.
  • Utiliser des gants en latex afin de manipuler la plante.

Champignons, infestations, bactéries et virus

De nombreux parasites et virus sont responsables des maladies du cannabis. Ci-dessous nous exposerons les plus connues, comment les détecter, comment prévenir leur apparition ainsi que comment celles-ci affectent les plantes et des solutions pour les combattre.

Champignons plus communs

Chaque exemplaire de champignon nuit la plante différemment. Néanmoins, la plupart font leur apparition sous les mêmes conditions : emplacements trop humides et mal aérés.

  • Oïdium : Il s’affiche sur la face supérieure du limbe des feuilles sous forme de poussière blanche, généralement en formant des cercles.
maladies cannabis
  • Mildiou : Il rend les feuilles d’une couleur de rouille causant de la perte de vigueur jusqu’à flétrir.
  • Botrytis : C’est la pourriture des fleurs, elle apparaît à l’intérieur des bourgeons de grande taille et trop humides. Leur couleur change, elles deviennent marrons ou grises. En vue de l’éradiquer, enlevez les bourgeons infectés en coupant au moins 3 cm par-dessous la zone contaminée.
Botrytis
  • Rouille : Elle fait irruption dans tout type de substrat de plantes stressées et fragiles. Elle peut attaquer tant les feuilles que les tiges. Vous l’apprécierez sur la face inférieure de la feuille formant des irrégularités oranges, jaunes et marrons en plus d’une substance collante.
maladie cannabis
  • Pythium : C’est un champignon qui se trouve dans les substrats. Il attaque les racines des plantes surtout lors de la phase de germination, provoquant un étroitement de la tige et par conséquent pas de rigidité pour se développer.
Maladies des plantes de cannabis

  • Fusarium : Il vit dans le sol de tout type de substrat. Il agit sur la tige en pourrissant les racines et provoquant le dépérissement vasculaire et donc de la plante. Il n’existe pas de remèdes face à ce champignon, vous ne pourrez que le prévenir.
Fusarium

Les maladies des plantes de cannabis provoquées par les champignons bénéficient de traitements préventifs similaires. Un espace de culture et des outils propres ; la température, l’humidité et l’aération doivent être les adéquates ; et bien sûr, il faut surveiller l’aspect des plantes fréquemment. En outre, dès les premières phases vous pouvez pulvériser des fongicides biologiques ou de l’huile de neem.

D’autre part, l’application de la queue de cheval est très utile afin de prévenir et de combattre n’importe quel champignon.

Infestations plus communes

  • Araignée rouge : Petit acarien rougeâtre qui se nourrit de la sève de la plante et qui recouvre la feuille d’un pointillé jaune. Il pond des œufs sur la face inférieure et, à un stade plus avancé, crée des toiles entre les feuilles. C’est l’un des parasites les plus persistants en intérieur. Elle nécessite souvent l’utilisation de produits chimiques, notamment des brûleurs à soufre.
  • Araignée blanche : Ce micro-acarien altère la croissance normale de la plante, ce qui fait que ses feuilles se tordent et conservent un aspect brillant. Pour le détecter, on peut parfois voir ses œufs sur la face inférieure des feuilles. Un mélange de savon de potassium et d’huile de neem peut être utilisé pour le combattre.
  • Pucerons : Ils se placent sur la face inférieure des feuilles de la plante ou sur les tiges les plus tendres. Ils laissent une substance épaisse et ambrée sur les feuilles, qui attire notamment les fourmis vers la plante. Les pyréthrines organiques peuvent être pulvérisées pour éliminer un parasite. Après 3 jours, pulvérisez du savon de potassium pour éliminer la substance ambrée et les résidus éventuels.
  • Thrips : Il s’agit de petits insectes jaunâtres visibles à l’œil humain qui laissent des taches jaunes et blanchâtres sur la partie supérieure des feuilles. On peut les éliminer en pulvérisant des pyréthrines organiques.
  • Mouche du paillis : Une mouche noire de terreau ou sciarides qui apparaît dans le substrat lorsqu’il y a un excès d’humidité. Ses larves se nourrissent des racines et des tiges jusqu’à ce qu’elles y percent des trous. Il est nécessaire de tuer à la fois l’insecte adulte et ses œufs. La farine de neem combat tout parasite présent dans le substrat.
  • L’aleurode : Il s’agit d’un insecte volant de couleur blanc-jaunâtre, facile à repérer, car on le voit planer autour des plantes. Ils vivent et pondent leurs œufs sur la face inférieure des feuilles. Ils se nourrissent de la sève des feuilles et peuvent transporter des virus et provoquer des champignons de charbon. Elle est combattue avec des produits biologiques comme la roténone.
  • Les chenilles et les vers : ils laissent des morsures et des excréments clairs sur les feuilles, et lorsqu’il y a des fleurs, ces excréments provoquent souvent des pourritures. Ils grandissent et se reproduisent à une vitesse considérable, allant jusqu’à manger une grande partie de la récolte. On peut les éliminer en pulvérisant un insecticide écologique à base de Bacillus Thuringiensis.


L’huile de neem et des soins de base appropriés permettront de prévenir la plupart de ces parasites.

L’huile de Neem en plus de soins basics corrects, favoriseront la prévention de la plupart des infestations.

Bactéries plus fréquentes :

  • Erwinia amylovora
  • Xanthomonas campestris
  • Pseudomonas cichori
  • Erwinia caratovora sp. caratovora
  • Agrobacterium tumefanciens

Les bactéries agissent sur les plantes en causant des lésions, le dépérissement ou salissant les plantes arrivant jusqu’à la perte de tiges. Le meilleur traitement est la prévention, comme pour les champignons. Toutefois, il y a divers traitements biologiques et des remèdes fait maison comme préventif.


Maladies virales qui affectent le cannabis


Il existe des milliers de types de virus mais il n’y en a que 5 qui endommagent les plantes de cannabis :

  • Le Virus de la mosaïque du chanvre (HMV)
  • Virus de la striure du chanvre (HSV)
  • Virus de la mosaïque de l’arabette (ArMV)
  • Mosaïque de la luzerne (AMV)
  • Virus de la mosaïque du concombre (CMV)


Dans le but de diagnostiquer une infection ou maladie dû à un virus sur une plante de cannabis, il est nécessaire de réaliser des tests aux laboratoires qui prennent du temps et coûtent de l’argent.

Une maladie virale ne peut être résolue qu’en brûlant la plante, il est donc plus utile de se concentrer sur la prévention en évitant de planter des graines ou des boutures d’origine inconnue sans une quarantaine préalable dans laquelle elles seront tenues à l’écart de la culture habituelle pendant un certain temps. En plus de contrôler l’apparition des parasites.


Comment appliquer les traitements

Le 90 % des traitements contre les maladies des plantes de cannabis sont appliqués via foliaire en diluant le produit dans l’eau et pulvériser. Réaliser durant la nuit et avec les lampes éteintes pour éviter l’effet loupe qui brûlerait les plantes.


Indoor, éteignez les appareils d’aération afin d’assurer l’efficacité des traitements et s’allumeront 2 h avant les lumières pour un séchage correct. Après 2 – 3 jours, il est conseillé de pulvériser la plante seulement avec de l’eau pour le lavage de racines.


Suivez toujours attentivement les instructions d’utilisation et utilisez les mesures de sécurité appropriées.


En résumé, on sait qu’il existe de nombreuses maladies qui peuvent affecter les plantes de cannabis et qui sont capables de provoquer une perte partielle ou totale de la récolte. Bien qu’il existe de nombreux remèdes chimiques sur le marché, il est toujours souhaitable d’utiliser des produits biologiques pour éviter que le cannabis ne perde ses propriétés et son caractère sain.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *