Comment éviter des excès et carences en nutriments pour débutants

Il est très fréquent de rencontrer des problèmes d’excès ou de carences en nutriments de nos plantes de marijuana si nous avons peu d’expérience. D’ailleurs, les experts eux-mêmes rencontrent parfois des problèmes sans pouvoir en détecter les causes exactes avec totale certitude.

C’est pourquoi nous souhaitons vous fournir quelques conseils pour éviter que cela ne se produise, afin de reáliser la culture sans imprévus.

Qualité et contrôle de l’eau d’arrosage

L’un des facteurs les plus importants est de connaître les paramètres de l’eau que vous utiliserez.

Nous travaillons généralement avec un de ces cinq types d’eau :

  • Eau du robinet : la qualité dépend de la région géographique où nous nous trouvons. Sur la côte méditerranéenne et au sud de la péninsule, la qualité de l’eau est mauvaise, car elle contient de nombreux métaux lourds et des substances polluantes et nocives pour la santé des plantes. Au centre et au nord de la péninsule, selon la région, l’eau nous permettra de travailler sans problème sur la santé de nos plantes chéries. Toutefois, le plus intelligent est de solliciter une étude de la qualité de l’eau du robinet et s’assurer ainsi de quoi elle se compose. En Espagne, cette étude est gratuite dans certaines communautés autonomes. Pour la France, vous pouvez rechercher sur internet des rapports d’études réalisées sur la qualité de l’eau de chaque région.

Comment éviter des excès et carences en nutriments Comment éviter des excès et carences en nutriments

 

 

 

 

 

  • Eau distillée : ce type d’eau se caractérise par l’absence de sels minéraux, et contiennent une EC de 0,0 bien que le pH soit en général assez haut, d’une valeur d’environ 7,5-8-0. Vous pourrez calibrer celui-ci à l’aide d’un simple réducteur de pH afin d’arriver aux niveaux optimaux qui oscillent entre 5,5-6,5. Cette eau est idéale, son unique inconvénient étant son coût, mais si votre espace de culture est petit, cela pourrait vous intéresser.

Comment éviter des excès et carences en nutriments

Comment éviter des excès et carences en nutriments

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Eau en bouteille : il existe une infinité d’options sur le marché dont la composition est détaillée sur l’étiquette, ce qui nous facilite le travail à l’heure de sélectionner une marque pour l’arrosage de nos plantes. Le pH varie d’une marque à l’autre de même que l’EC. Les proportions de certains minéraux peuvent être trop hautes en fonction de la marque, or le type de culture qui nous intéresse nécessite des eaux faiblement minéralisées. Il convient de mentionner que cette option est évidemment plus chère, de même que pour l’eau distillée. Vous ne remarquerez cependant pas trop de différences dans votre portefeuille si votre espace de culture est petit.

Comment éviter des excès et carences en nutriments

Comment éviter des excès et carences en nutriments

 

 

 

 

 

 

  • Eau osmosée : ce type d’eau est réellement idéal, car comme elle passe par des osmoseurs, elle peut être purifiée jusqu’à 99% de métaux lourds et des polluants, selon le modèle du filtre. Ces systèmes d’osmose inverse ne sont pas spécialement bon marché, mais il s’agit bien évidemment de la meilleure option. Ils nous fournissent une source sûre et fiable d’eau de qualité chez vous. N’oubliez cependant pas de remplacer les filtres de temps en temps.

Comment éviter des excès et carences en nutriments

  • Eau de puits : plus souvent utilisée dans des cultures extérieures, ce type d’eau requiert un contrôle strict des composants car elles sont en général davantage polluées par des métaux lourds, des restes de pesticides ou des produits chimiques appliqués à la surface dans le cadre de cultures intensives de fruits et légumes. Ces polluants sont filtrés à travers les couches superficielles de la terre jusqu’à ce qu’ils n’atterrissent finalement dans les puits. C’est pourquoi si vous optez pour ce type d’eau, vous vous exposez à certains risques. Toutefois, vous disposez toujours de la possibilité d’effectuer une analyse pour vous assurer de sa composition.

Comment éviter des excès et carences en nutrimentsComment éviter des excès et carences en nutriments

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous le voyez, suite à ce récapitulatif des types d’eau les plus fréquemment utilisées pour la culture du cannabis, vous comprendrez qu’il est préférable d’utiliser de l’eau distillée ou osmosée, en raison de leur faible minéralisation ou de l’absence de polluants externes.

Comment ajuster le pH et l’EC

Rappelons que pour procéder à un contrôle de l’eau, il n’y a rien de mieux que de travailler avec un testeur de pH et EC.

Les valeurs à maintenir sont les suivantes :

  • pH : Maintenez les valeurs entre 5,5 et 6,5. Si vous souhaitez travailler avec un niveau de pH stable, la valeur recommandée est de 6,2 et/ou de 6,0.
  • EC : Si vous n’arrosez qu’avec de l’eau, l’EC doit être de 0,4. Il existe des produits spécifiques pour augmenter l’EC de 0,0 à 0,4, tels que le Sensi Cal-Mag d’Advanced Nutrients ou les mono-nutriments de calcium et de magnésium de la marque Canna. Dans le cas contraire, si votre EC est supérieure à 0,4, la seule façon de la réduire est d’y ajouter de l’eau distillée d’EC de 0,0 ou de l’eau osmosée d’EC 0,0.
  • EC : Si vous fertilisez vos plantes, n’oubliez pas de que la demande en aliments augmente au fur et à mesure que les phases de croissance et de floraison progressent. Au début, elles nécessitent environ une EC de 0,4 à 1,2 en phase de croissance et une EC de 1,8 à 2,2 en phase de floraison, selon la variété ou le mode de culture choisis.

La clé

Cette section est l’une des plus importantes pour contrôler l’accumulation de nutriments dans le substrat, car si cela n’est pas réalisé correctement, vous constaterez presque sûrement des problèmes d’excès ou de carences dans vos plantes de cannabis.

N’oubliez jamais que lorsque vous souhaitez arroser, il est très important de vous assurer qu’au moins 20% de l’eau d’arrosage doit être drainée, couler ou ruisseler par le bas du pot. De la sorte, vous serez assuré de l’évacuation des nutriments que la plante n’a pas absorbés et qui se sont accumulés dans la partie la plus basse du substrat. Cela permettra de fertiliser ou d’arroser vos plantes et de recomposer le substrat à l’aide de nouveaux nutriments, en garantissant que tout soit réparti de façon homogène au sein de l’environnement de culture.

Grâce à cette méthode simple, nous éviterons 75% des problèmes typiques de :

  • Récoltes pauvres et peu productives.
  • Carences en nutriments par blocage.
  • Surfertilisation excessive.
  • Plantes mal formées ou rachitiques.
  • Perte d’argent et dépenses inutiles.
  • Saveurs désagréables du produit final.
  • Faible densité de fleurs.
  • Exploitation insuffisante du potentiel génétique de la variété travaillée.