22kg de Cannabis pour consommation personnelle

Puntuación del post

Au mois de mai dernier s’est tenu le procès qui rapporte la plus grande quantité de cannabis déclarée non délictueuse dans toute l’histoire de l’Espagne. En effet, un juge a approuvé 22 kg de cannabis à titre de consommation personnelle. Ces cultivateurs sont parvenus non seulement à démontrer que le tout le cannabis saisi était pour leurs consommations personnelles, ils sont donc restés totalement impunis.
22kg de cannabis pour consommation personnelle

Les cultivateurs, d’origine italienne, ont été arrêtés sur l’île de Fuerteventura aux Canaries, à cause des dénonciations déposées par le voisinage, qui affirmaient qu’au-delà d’une odeur pestilentielle qui embaumait tout le quartier, le trafic de personnes passant rendre visite aux domiciles des producteurs était également très élevé.

Forcément, les deux comparses furent inspectés par la Guardia Civil, l’équivalent de la Gendarmerie française, durant plusieurs semaines avant l’arrestation, au travers de plusieurs semaines de surveillance continues, la Guarda Civil n’a pu démontrer que les deux hommes recevaient une quantité suspecte de visites. Plusieurs personnes furent enregistrées pour avoir quitté les domiciles de cultivateurs, mais sans jamais rien retrouver sur eux, ce qui a rendu impossible de démontrer que ce lieu était un point de vente du point de vue des autorités. Ceci fut un point très important pendant le jugement, car le témoignage du voisinage perdit rapidement beaucoup de crédibilité.

Après plusieurs semaines d’investigation, la Guardia Civil est parvenu à intervenir dans les maisons des suspects, où ils trouvèrent 12,7 kg chez l’un et 9,7 kg chez l’autre, mais absolument aucun ustensile qui pourrait servir pour la distribution, comme pourrait l’être une balance ou des petits sachets en plastique .

Les deux détenus affirmèrent être des consommateurs réguliers pour raisons médicinales, puisqu’ils ont su présenté des ordonnances de leur pays dans lequel était stipulé que le cannabis médicinal était recommandé pour leur traitement. Ceci servit de preuve fondamentale dans l’application de la faible (voire inexistante) peine, où l’un des cultivateur assumait consommer 10 grammes par jour quand l’autre affirmait en consommer 20 en moyenne. En additionnant les quantités et en les multipliant par les jours de l’année, le résultat affichait une quantité bien inférieure à la quantité qui a été saisie. Les détenus avancèrent que cela était une quantité plutôt raisonnable pour consommer pendant toute une année, car à l’heure de réaliser des extractions médicinale, une grande partie du produit est utilisée dans le processus, avec de maigres résultats en termes de poids par la suite.

Grâce à une bonne défense et aux différentes vérifications favorables pour les cultivateurs, la juge n’eut d’autres choix que d’accepter de telles quantités pour une consommation propre, les deux hommes sont donc ressortis libres comme l’air du tribunal. La juge Alicia Maria Buendia a conclu le rapport de procès en précisant que les 2 accusés ont démontré être consommateurs médicinaux, grâce à différents tests qui ont justifié le recours quotidien à de hautes doses de cannabis pour palier leurs douleurs, comme le précisait la prescription médicale que les 2 détenus présentèrent.

L’avocat de la défense affirma que cela pouvait être une bonne nouvelle pour tous ceux qui cultivent eux-mêmes du cannabis, car auparavant, jamais personne n’avait été saisi avec autant de plantes tout en ressortant blanchi du tribunal. De cette manière, il tente d’encourager tous les consommateurs de cannabis à cultiver la quantité dont ils ont réellement besoin, au lieu de cultiver moins de plantes par peur, situation que l’on retrouve plus souvent chez la majorité des auto-cultivateurs.

Cela ne signifie pas qu’à partir de maintenant les lois soient plus tranquilles et que vous puissiez cultiver en masse sans risques pénaux en Espagne, mais que les choses changent dans le bon sens dans le contexte politique de certains pays.

 

Traduction: Sylvain P.